Accueil » MONDE » Zimbabwe. Des législatives partielles en forme de test pour l’opposition

Zimbabwe. Des législatives partielles en forme de test pour l’opposition

On vote ce samedi 26 mars au Zimbabwe pour des législatives et locales partielles: 28 sièges parlementaires sur 270 sont à pourvoir. Cela fait deux ans que le scrutin aurait dû avoir lieu, mais il a été repoussé en raison de l’épidémie de Covid-19. Il s’agit d’une élection test, à moins d’un an d’un scrutin présidentiel. L’opposition appelle à la mobilisation face à la ZANU-PF, parti au pouvoir depuis l’indépendance. Malgré les promesses d’une «nouvelle démocratie» faites par le président Emmerson Mnangagwa, arrivé au pouvoir il y a 4 ans, la campagne électorale a été une fois de plus marquée par des intimidations et des violences envers l’opposition. Le mois dernier, 70 incidents ont été enregistrés par un groupe de surveillance pré-électoral, qui a également relevé de nombreuses irrégularités : la présence par exemple de plus de 3 200 électeurs âgés de plus de 100 ans sur les listes électorales. Pour le principal leader de l’opposition Nelson Chamisa, ce scrutin va permettre de tester la popularité de son tout nouveau parti, La coalition des citoyens pour le changement. Mouvement né le mois dernier, après l’éclatement du parti historique de l’opposition, le MDC, miné par les divisions. Mais la participation risque d’être faible, estiment les analystes politiques.

À propos la concorde

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Espagne. Le Parlement des Baléares condamne le massacre de Nador-Melilla

Le Parlement régional des îles ...

Le SG de l’ONU appelé à mettre fin à l’occupation sioniste

Le président palestinien Mahmoud Abbas ...

Manifestation à Rabat contre la normalisation avec l’entité sioniste

Une nouvelle manifestation dénonçant la ...

Royaume-Uni. La reine Elizabeth II est morte à 96 ans

La reine Elizabeth II, est ...

Iran. 10 morts dans une attaque au couteau

Un homme « mentalement instable » a ...