Accueil » ACTUALITE » PLF 2023. Les groupes parlementaires saluent la politique de modernisation budgétaire

PLF 2023. Les groupes parlementaires saluent la politique de modernisation budgétaire

Les groupes parlementaires de l’Assemblée populaire nationale (APN), ont salué, lors de la séance de débat général du projet de loi de finances 2023 (PLF 2023), la politique de réforme et de modernisation budgétaire devant entrer en vigueur à compter de l’année prochaine en vertu de la loi organique relative aux lois de finances. La séance de débat a été présidée par M. Brahim Boughali, président de l’APN, en présence de membres du Gouvernement. Intervenant à cette occasion, le président du groupe du parti du Front de libération nationale (FLN) a exprimé le soutien de son groupe à la mise en œuvre des 54 engagements du président de la République, une mise en œuvre connaissant « une dynamique positive marquée par le développement de l’action législative, et une méthodologie sans précédent en faveur de la modernisation des budgets à même de réaliser les résultats escomptés ». Le groupe parlementaire du FLN a recommandé, dans ce cadre, le renforcement des programmes de logement rural, l’accélération du processus de création de la banque de l’habitat et l’ouverture de succursales de banques publiques à l’étranger pour faciliter les transactions des opérateurs économiques. Pour sa part, le président du groupe parlementaire des Indépendants, Hassan Zairi, a insisté sur la capital humain dans lequel il faudrait investir pour réaliser les objectifs de développement durable et d’amélioration du niveau de vie du citoyen. Evoquant la loi organique 15-18 relative aux lois de finances, il a salué les efforts de l’Etat en vue de l’amélioration du cadre juridique régissant la gestion des deniers public. M. Zairi a affirmé que les députés indépendants accompagnaient le Gouvernement afin de réaliser les objectifs tracés par le PLF 2023 qui exige « une rationalisation de l’utilisation des moyens disponibles pour réaliser l’efficacité de l’utilisation des derniers publics ». Le président du groupe parlementaire du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Ahmed Sadouk, a appelé à l’adoption d’un budget « prudentiel » prenant en compte le contexte international actuel, estimant que la priorité consistait à améliorer le quotidien du citoyen tout en tenant compte de tous les aspects socio-économiques permettant la réalisation de cet objectif. Aussi, s’est-il félicité du recours par le gouvernement, en vertu de la loi organique 15-18, à la concrétisation de la transition d’un budget de moyens vers un budget d’objectifs, formulant nombre de propositions portant essentiellement sur l’attribution de projets structurels à des investisseurs en mesure de les réaliser. De son côté, le président du groupe parlementaire du Rassemblement national démocratique (RND), Mohamed Touil, a mis en exergue l' »importance » de cette transition méthodique en ce qu’elle confère davantage de précision aux lois de finances (LF) et permettait aux députés de consulter tous les détails du budget général de l’Etat. Elle requiert, en revanche, une politique financière « prudentielle et clairvoyante » en vue d’éviter d’éventuels effets négatifs, a-t-il souligné, faisant remarquer que les « chiffres déclarés sont positifs et augurent d’une levée de gel sur plusieurs projets en suspens ». S’agissant de la politique sociale, il a affiché le soutien du RND au maintien du caractère social de l’Etat, tout en mettant en place des mécanismes efficaces susceptibles d’orienter les subventions aux plus méritants. Le président du groupe parlementaire du Front Al-Moustakbal, Fateh Boutbig, a évoqué les orientations du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, visant à amorcer une « relance socio-économique sans précédent » à travers l’adoption d’un discours franc et transparent permettant de renforcer la confiance entre le Pouvoir et le Peuple et consolider l’esprit de citoyenneté en matière de réforme économique. Passer du budget classique au budget moderne au titre de la loi organique relative aux lois de finances devrait instaurer une comptabilité analytique précise et une utilisation optimale des deniers publics, notamment après l’observation de l’engagement par le gouvernement à réformer le budget dans les délais définis. Le président du groupe parlementaire du Mouvement El-Bina, Said N’fisi a estimé que les mesures prises au titre du PLF 2023, apportent plusieurs points positifs dont le respect de l’entrée en vigueur de la loi organique portant loi de finances 15-18 et la coordination entre la direction générale de la comptabilité et la direction générale du budget ainsi que la facilitation des procédures fiscales, en sus d’autres mesures. Par ailleurs, les présidents des groupes parlementaires ont évoqué les démarches de l’Algérie en vue d’une adhésion aux BRICS, ce qui permettra à l’économie nationale de réaliser d’importants acquis, affirmant qu’une occasion est offerte à l’Algérie pour se positionner sur l’échiquier international. Ils ont exprimé leur soutien aux décisions prises par le Président de la République lors du dernier Conseil des ministres versant dans l’intérêt des citoyens.  APS

À propos la concorde

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La CNL tient une AG extraordinaire pour consacrer sa reconversion en Banque

La Caisse nationale du logement ...

L’Etat n’a épargné aucun effort pour améliorer les prestations de soins

Le ministre de la Santé, ...

Chanegriha préside l’ouverture d’un colloque international sur la géopolitique de l’extrémisme

Le Général d’Armée, Saïd Chanegriha, ...

Le CNDH souligne les efforts de l’Etat en matière de prise en charge des personnes handicapées

 Le Conseil national des droits ...

Des commissions d’encadrement dépêchées dans toutes les wilayas pour la campagne labours-semailles

Le ministre de l’Agriculture et ...