Accueil » ACTUALITE » L’Algérie engagée pour la promotion de la santé dans le monde arabe

L’Algérie engagée pour la promotion de la santé dans le monde arabe

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a mis en avant lundi à Alger, l’engagement de l’Algérie en coordination avec les pays arabes pour la promotion de la santé dans le monde arabe. Supervisant la célébration de la journée arabe de la Santé, le ministre a indiqué que la célébration par l’Algérie de cette journée à l’instar des pays arabes « traduit son engagement et l’importance qu’elle accorde à la mise en œuvre des décisions du Conseil des ministres arabes de la Sante, soulignant sa volonté d’œuvrer en coordination avec les pays membres pour la promotion de la santé au sein de leurs sociétés ». Pour rappel, la Journée arabe de la Santé célébrée le 4 septembre de chaque année intervient en application de la décision du Conseil des ministres arabes de la santé de la Ligue arabe, issue de sa 49e session tenue le 1er mars 2018 au Caire. Lors de cette rencontre qui a vu la présence des ministres de l’Emploi, du Travail et de la Sécurité sociale, Youcef Chorfa et de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouthar Krikou ainsi que les représentants des organisations de l’ONU et des ambassadeurs des pays arabes accrédités en Algérie, M. Benbouzid a fait savoir que « la célébration de cette journée est d’une extrême importance d’où la nécessité de sa valorisation d’autant que cet évènement assurera sans aucun doute des opportunités de coopération et de transfert de connaissances et d’expériences outre l’échange des bonnes pratiques en matière de santé entre les pays membres en réponse aux préoccupations de leurs citoyens ». Le ministre a également émis le vœux de relancer le rôle de la Ligue arabe dans les fora internationaux à travers l’unification de la position arabe en matière de santé en adéquation avec les spécificités des pays de la région, réitérant la proposition de l’Algérie, présentée lors de la 56e session ordinaire du Conseil des ministres arabes de la Santé (24 mars 2022), portant création d’une organisation arabe chargée des questions sanitaires sous le nom de l' »Organisation arabe de la Santé ». Selon M. Benbouzid, la célébration de cette journée est l’occasion de mettre en évidence les domaines ayant enregistré des progrès et ceux nécessitant davantage d’efforts pour l’amélioration de la situation sanitaire des populations du monde arabe. Il a estimé, en outre, que cette célébration constituait une opportunité pour la mobilisation de tous les acteurs des entreprises publiques et privées, médias, associations et autres en vue de relever les défis auxquels font face les pays arabes tout en investissant, davantage dans l’amélioration de la santé maternelle à l’image des autres domaines. Le ministre a de nouveau appelé les états membres à investir davantage dans les systèmes de santé, à renforcer la couverture sanitaire globale et à développer les capacités et la collecte de données. Il a affirmé que cette journée est célébrée cette année sous le thème « Santé de la mère et de l’enfant: pour un accès global et efficace » vu l’importance de ces deux catégories dans la promotion de la société, sachant qu’ils constituent le troisième objectif des objectifs durables de la santé. La santé de la mère et de l’enfant en Algérie, a-t-il dit, figurent parmi les priorités. Celle-ci a bénéficié de plusieurs investissements notamment de structures spécialisées et d’équipements, de nombreux programmes dont le programme de prise en charge de la femme enceinte, le plan national d’accélération de la réduction de la mortalité maternelle, le plan de réduction de la mortalité infantile et autres programmes appuyés par des législations adéquates qui ont permis de réaliser de grands progrès en la matière. Selon les données, 95,3 pc des femmes ayant donné naissance à des enfants vivants en 2018 et 2019, ont eu au moins une consultation médicale avant l’accouchement. 98,8 de ces naissances ont eu lieu avec l’aide d’un personnel qualifié. Le taux de mortalité maternelle a baissé de 57.7 cas de décès pour 100.000 naissances vivantes en 2016 à 48,5 décès pour 100.000 naissances vivantes en 2019. Concernant la santé de l’enfant, le taux de mortalité des enfants de moins d’un an a reculé de près de 4 points passant de 22,3 cas de décès pour 1000 naissances vivantes en 2015 à 18,9 cas pour 1000 naissances vivantes en 2020. APS

À propos la concorde

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La CNL tient une AG extraordinaire pour consacrer sa reconversion en Banque

La Caisse nationale du logement ...

L’Etat n’a épargné aucun effort pour améliorer les prestations de soins

Le ministre de la Santé, ...

Chanegriha préside l’ouverture d’un colloque international sur la géopolitique de l’extrémisme

Le Général d’Armée, Saïd Chanegriha, ...

Le CNDH souligne les efforts de l’Etat en matière de prise en charge des personnes handicapées

 Le Conseil national des droits ...

Des commissions d’encadrement dépêchées dans toutes les wilayas pour la campagne labours-semailles

Le ministre de l’Agriculture et ...