Accueil » ORAN » L’affaire de l’ex- Crèche « Rabiaâ El – Adaouia » Encore un patrimoine communal envolé

L’affaire de l’ex- Crèche « Rabiaâ El – Adaouia » Encore un patrimoine communal envolé

Par: NORY.B

L’affaire de l’ex- crèche communale « Rabiaa El-Adaouia » continue de faire couler beaucoup d’encre.  C’est sous un Arrêtée numéro  4527 du  02/08/2018 sur proposition de la direction de l’Industrie et des Mines, la crèche  «  Rabiaâ El Adaouia », située à la rue du résistant Luis Loeb a été donnée à l’EURL hôtel Assala pour la réalisation d’un parking à étages.  La durée de la concession est de 33 ans renouvelable à deux reprises pour  une durée n’excédant pas 99 ans.  Toutefois,  on a bafoué les lois de la République, selon une source communale bien informée sur ce dossier.Il est indéniable de souligner qu’alors que la commune d’Oran par le biais de ses services techniques après une sortie des membres de l’exécutif communal avait lancé une étude pour réaliser en équipement en fonction des besoins de cette partie de la ville qui est mitoyenne à trois quartiers, à savoir, Madinet El Hdar (M’dina J’dida), Derb et Saint Antoine.Cette structure, un bien communal enregistré  pourtant dans le sommier de consistance a fait l’objet de détournement  au profit d’une tierce personne. Cette crèche était destinée à abriter un centre culturel pour les travailleurs de cette importante municipalité. Une fiche technique a été élaborée en ce sens pour les travaux d’aménagement, malheureusement ces   projets  culturels dans la commune d’Oran sont  tous détournés de leur vocation initiale notamment les salles de cinéma qui ont été détournées pour se transformer en villa de fortune ou hôtel, dans les vieux quartiers populaires de Saint-Antoine, Plateaux ou Gambetta entre autres, pire encore certains sont transformés en salle de fêtes.A signaler que des biens communaux tels que des dépôts  toujours fonctionnels sont actuellement habités  par des directeurs ou parents proches et fermés pour les communaux comme à Boulanger ou  Gambetta. Pour rappel, l’APC d’Oran a perdu un patrimoine productif de grande valeur financière qui peut renflouer à souhait sa trésorerie communale. Pas moins de treize (13) biens propriété communale ont été tout simplement envolés vers d’autres secteurs telles que les marchés  à bestiaux  et de gros fruits et légumes ont transférés  leurs activités  dans la commune d’El  Kerma. Le marché de gros (poissonnerie) appartient désormais à SOGEPORTS,  l’hôtel de la gare est devenu le siège de l’office Hadjet , les gares routières (castors, El-hamri et yaghmoracen) transfert vers El Bahia (Privé), etc.  Juste – là afin de noter que la plus grande commune d’Algérie a été dupée.  Il est primordial de signaler que tout ce patrimoine parti en fumée vaut son pesant d’or en cette période de vaches maigres. L’APC d’Oran avait actionné une action en justice pour l’annulation de l’arrêté de la crèche communale en question « Rabiaâ El-Adaouia ».

À propos la concorde

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Immigration clandestine. Une bande de passeurs démantelée à Mers El Hadjadj

Les services de la gendarmerie ...

Drame familiale. Une adolescente de 16 ans tue son père

Une adolescente  de 16 ans ...

Hai Es-seddikia. Saisie de 3 quintaux de viande blanche avariée

Trois quintaux de viandes blanche ...

Chambre de Commerce. Les Douanes organisent une journée d’information

La direction régionale des Douanes ...

Epic propreté Oran. Plus de 510 tonnes d’ordures ménagères collectés en 24h

Plus de 510 tonnes d’ordures ...